Une journée merveilleuse en train à Kalavryta

Une journée merveilleuse en train à Kalavryta

Il y a quelques jours, puisque nous nous trouvions dans le nord du Péloponnèse, nous avons décidé de prendre le petit train à crémaillère qui relie la ville de Diakofto à Kalavryta et d’y passer la journée. Une escapade passionnante emplie de nature et d’histoire qui a laissé des étoiles et des souvenirs dans les yeux de mes enfants.

Trajet en train

Ce train, qui fonctionne depuis 1896 traverse les gorges du Vouraïkos sur une distance de 22 km et dans des paysages à couper le souffle.

Pendant un peu plus d’une heure nous suivons la rivière souvent à près de 100 mètres au-dessus, nous traversons des tunnels creusés à même la montagne ou des ponts suspendus au-dessus du vide…

Pour les âges:

INFORMATIONS ET PRIX

Train reliant Diakofto-Kalavryta

Prix: 19 euros aller-retour, gratuit pour les enfants de moins de 4 ans et 50% pour les enfants.

Réservations:+302691 043206

Il faut obligatoirement réserver à l’avance en appelant à la gare de Diakofto.

Cliquez ici pour agrandir la carte

Promenade dans les rues de Kalavryta

Kalavryta est un village de montagne de 1700 habitants qui se trouve à environ 800 mètres d’altitude sur le flanc du mont Helmos. En descendant du train vous pouvez vous diriger vers la rue principale qui est piétonne et qui traverse la place principale. Vous pouvez laisser les enfants regarder les babioles dans les commerces à leur gré sans avoir peur des voitures. N’hésitez pas acheter des produits locaux dans toutes les boutiques de la rue car la région est très renommée pour ses fromages (sa féta essentiellement), ses pâtes, sa confiture de pétales de rose et son miel. Pour le miel nous vous conseillons le miel bio Korys préparé avec amour par une famille d’apiculteurs du village de Planitero. Mes enfants raffolent de ce miel bio que nous ne manquons pas d’acheter à chacune de nos visites.

Plongeon dans le passé et l’histoire

Il se trouve que Kalavryta est une ville martyr de la Seconde Guerre Mondiale : en 1943, les Allemands ont exterminé la population mâle du village et ont enfermé femmes et enfants dans l’école primaire avant d’y mettre le feu en représailles à la mort de soldats allemands. Ils ont échappé au feu mais seuls 17 hommes sont sortis vivants de l’exécution.

L’ancienne école primaire est devenu un musée qu’il vaut la peine de visiter. Même si le sujet est délicat, le musée présente les faits de manière très pédagogique et c’est l’occasion d’aborder avec les enfants les atrocités de la guerre…

Un déjeuner bien mérité

Ce plongeon dans l’histoire nous a donné faim mais plutôt que de manger dans l’une des nombreuses tavernes qui se trouvent sur la rue piétonne et sur la place qui sont assez touristiques et où l’on ne mange pas très bien, nous traversons la place et allons sur la droite en face du supermarché chez Varvitsiotis. Grillades parfaitement cuites, et délicieux feuilleté à la fêta et au miel…tous les produits frais viennent de la ferme de la famille donc fraicheur et qualité sont garanties.

Promenade digestive vers le mémorial

Puis nous marchons vers le lieu où a eu lieu l’exécution des hommes du village dont seulement 17 ont réchappé. Contrairement au sujet, ce n’est pas triste, surtout pour les enfants car le trajet est très beau à travers champs et la vue tout en haute est magnifique sur le village et les montagnes environnantes. Il y a juste un mémorial simple avec une grande croix blanche et la date d’exécution écrite à terre avec des pierres blanches.

Si vous êtes férus d’histoire et avez des enfants plus grands vous pouvez également vous rendre au monastère de Agia Lavra, où le 25 mars 1821, la guerre d’indépendance contre la domination ottomane aurait débuté (cette date est depuis une des fêtes nationales en Grèce). Il vous suffit de prendre un taxi à la gare qui fera l’aller-retour et vous attendra pendant que vous visitez pour 20 euros.

Il est temps pour nous de repartir et de reprendre la train dans le sens inverse vers la mer afin d’admirer encore les paysages des gorges du Vouraikos. Une chose est sûre : nous reviendrons car nous ne nous lassons jamais de cette escapade dans le mont Helmos.

Et si vous avez la chance de pouvoir vous y rendre dans le courant du mois de Mai sachez qu’il y a le festival « En Sirmo » avec des rencontres, concerts et activités culturelles pour petits et grands. Vous pouvez avoir des informations en anglais sur leur site www.ensirmo.gr.

Katia Papaspiliopoulos

De père grec et de mère française, Katia Papaspiliopoulos a vécu et travaillé dans les deux pays. Elle a fait des études de Philosophie et de Gestion des Institutions Culturelles et très vite s’est tournée vers la création et la réalisation de programmes éducatifs pour les enfants, les écoles et les adultes dans différentes institutions culturelles. Elle vit et travaille désormais à Athènes et elle a deux filles. Elle collabore régulièrement avec Family Goes Out.

Derniers articles parus

Comments